Je suis Asma

Je m’appelle Asma et j’ai 3 ans.

A mon âge, les petites filles et les petits garçons sont insouciants. Ils aiment courir, rêver et rire aux éclats.

Lorsqu’ils ont de la peine, un câlin de leurs parents suffit à les réconforter.

Lorsqu’ils sont en colère, les mots de leurs parents les aident à calmer leurs émotions et mieux y faire face.

Lorsqu’ils ont peur, leurs parents les rassurent et ils sont apaisés.

A mon âge, toutes ces émotions sont passagères et normales pour se construire.

Mais moi, la peine, la colère et la peur m’habitent chaque jour que Dieu fait. Elles sont mon quotidien, et je n’y peux rien changer.

Chaque bruit fait trembler tout mon corps. Chaque son de voix me fait penser à eux.

Je passe mes journées à pleurer et à les appeler. Ils me manquent, j’ai besoin d’eux, j’ai surtout besoin d’elle.

 

Je voudrais pouvoir me blottir tout contre elle, qu’elle me serre dans ses bras, qu’elle me murmure de jolis mots comme elle le faisait. J’aimerais lui dire que je l’aime. J’aimerais moi aussi être dans le Ciel parce que j’ai terriblement envie d’être dans ses bras, les seuls à savoir comment me réconforter.

J’ai mal à mon cœur, mal à en crever. D’ailleurs, eux sont morts mais pas moi.

Je ne comprends rien à tout ça : tous ces bruits qui me font si peur et qui mettent les rues à feu et à sang ; tous ces gens qui courent, qui pleurent, qui hurlent; tous ces corps inertes le long des routes… mais surtout ces deux corps sans vie, que jamais je ne pourrai enlever de ma mémoire, ceux de mon papa et de ma maman.

 

Ils étaient mon tout, aujourd’hui ils ne sont plus rien. Leur présence faisait mon bonheur, aujourd’hui leur absence fait mon malheur.

Mamie est là et veille sur moi. Nous marchons toute la journée pour fuir tout ça. Elle m’a promis que mon avenir serait beau et loin des guerres.

Je sais que c’est faux. Mon futur ne sera jamais beau sans mon papa et ma maman.

 

J’ai vu mes voisins, mes tontons, mes tatas, mes cousins, mes copines et mes parents mourir sous mes yeux. Mamie dit que j’ai été épargnée grâce à Dieu. Je dis que j’ai plutôt été oubliée par Dieu.

Nous nous éloignons chaque jour un peu plus de notre maison, et je pleure chaque jour d’avantage d’être sans maman et papa. Elle était la gentillesse et la bienveillance incarnée. Il était l’humour et la douceur.

Mamie m’a juré que je les reverrai un jour, mais que je dois être patiente. J’aimerais savoir comment faire pour les retrouver au plus vite. Je ne trouve plus le sommeil depuis qu’ils sont partis. Maman m’endormait chaque nuit avec son sein pendant que papa me caressait tendrement les cheveux.

Mamie fait de son mieux pour me consoler. Mais c’est de maman et papa dont j’ai besoin pour aller bien.
Je la vois pleurer le soir, quand elle me croit endormie. Je les vois ses yeux qui brillent lorsqu’elle m’entend appeler mes parents.

Devant moi, elle reste souriante et positive. Elle tente de me faire rire, mais je ne m’arrête jamais de pleurer et de les appeler. Peut-être vont-ils m’entendre et revenir…

Ma vie a à peine commencé qu’elle est déjà gâchée. Ils m’ont pris mes parents. Je ne suis plus rien. Ils me manquent. Je veux être près d’eux, mais personne ne semble pouvoir m’aider à accomplir mon rêve.

Je m’appelle Asma et j’ai 3 ans. Je suis syrienne et orpheline.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s