Bonheur éphé…mère

Quelle joie ! A nouveau, je porte en moi la vie, pour la 4 ème fois. Dans quelques mois tu seras là, et je te donnerai tout l’amour du monde. En fait, je t’aime déjà si fort, mon petit cœur.

Me voilà à 3 mois de grossesse, enfin ! Le stress de te perdre peut s’estomper. D’après les docteurs, les risques sont bien plus faibles maintenant. Je vais donc pouvoir profiter de ce ventre qui commence à s’arrondir, et te nourrir de toujours plus de tendresse et d’amour.

3 mois et demi de grossesse, je me sens bien. Déjà maman de trois jolies petites filles, j’ai appris que cette fois, et pour notre plus grand bonheur, ce serait un petit garçon qui viendrait agrandir notre joyeuse troupe. Ton père sautait partout tellement il était content…et tes grandes sœurs aussi !
Quant à moi, c’était vraiment le cadeau parfait. Enfin le petit garçon dont j’avais tant rêvé !

4 mois et demi de grossesse, je suis fatiguée mais la joie de te porter m’aide à relativiser sur tous ces petits maux. Mes précédentes grossesses ont été bien plus difficiles et pour la première fois, j’ai l’impression de pouvoir profiter sereinement de cet état. Mon bébé, si tu savais comme j’ai hâte de te serrer dans mes bras, d’embrasser tes joues chaudes, de partager avec toi ces instants lactés exceptionnels. Reste bien au chaud surtout, mais sache que je t’aime et que j’attends déjà le jour de notre rencontre.

5 mois de grossesse, papa et moi sommes finalement tombés d’accord sur ton prénom. Tu t’appelleras Imran. Cela signifie « longue vie » et c’est tout ce que je peux te souhaiter. Je n’arrête pas de te parler en caressant mon ventre. Je te dis combien je t’aime, comme je suis pressée de t’avoir contre moi et comment je m’emploierai à te donner une vie heureuse.

6 mois de grossesse, le malheur est venu frapper à notre porte. Lors d’une simple échographie de contrôle, les médecins ont décelé une grosse anomalie chez toi. Tu es atteint de la Spina au stade 3 : ton cerveau et ta colonne vertébrale ne se développent pas correctement. Tu auras des séquelles graves pour toujours. Tu ne pourras jamais marcher ni même effectuer les gestes les plus simples. Tes journées ne seront rythmées que par les médicaments et les séjours hospitaliers, mais en auras-tu seulement conscience ? Tu es déjà condamné à une sombre vie avant même d’être là.

Les médecins insistent pour qu’une IMG soit faite. Ton papa et moi sommes sous le choc. Jamais je n’aurais imaginé de ne pas te voir grandir. Je t’aime tellement mon fils. Après de longues discussions et ayant vidé toutes nos larmes, nous avons décidé d’écouter les docteurs. Je m’en voudrai toute ma vie de ne pas avoir su te garder en forme. Ce choix, je crois que jamais je ne l’assumerai. Je vais tuer mon propre fils pour qu’il ne souffre pas une vie entière. Suis-je humaine ? Je suis effondrée. Je n’arrive même plus à sourire à tes sœurs. Je vais te tuer, mon chéri. Je vais te tuer. Dans quelques
jours, tu ne seras plus.

Pour le moment, je te sens toujours bouger en moi. Cela ne fait qu’accentuer ma douleur. Tu es si…vivant. Mon Dieu, comment surmonter pareille épreuve ?

Ça y est, me voilà au pire jour de ma vie, celui de ta mort programmée. On me donne des médicaments et on m’amène en salle d’accouchement. Tu perds doucement la vie en moi. De toute ma tristesse et de toute ma rage, je pousse encore et encore. J’aperçois ton corps sans vie. Je suis plus bas que terre. Je trouve cela si barbare d’expulser ton corps que j’ai rendu inerte. Est-ce une punition pour ce choix ?

Tu es né et tu es mort en moi. Je serre ton corps contre mon cœur, et l’on me demande de te dire au revoir. Une mère n’est jamais prête à faire ses adieux à sa progéniture. Je t’aime tant, si tu savais.

Mon fils, je te demande pardon pour ce choix. Je t’aurais aussi demandé pardon si j’avais choisi que tu vives dans d’atroces souffrances. Je ne me relèverai jamais de ton départ. Pardon encore. Je t’aime et j’espère que tu le sais.

Imran…Ton prénom te prédestinait à une longue vie…Quelle triste ironie du sort…

 

Ta mam’ange

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s