Lettre au président normal

Cher François,

Je me permets la familiarité de t’appeler par ton prénom, car tu as toujours dit que tu serais un président « normal ».
Alors, quand tu es arrivé à la tête du pays, et que tu as fait la une des presses à scandale lors de ta séparation avec la Valoche, je me suis dit « en effet, il est normal le pépère. Tromperie normale d’homme faible. Normaaaaaal. ».
Après, quand tu nous as promis une baisse du chômage, je me suis dit « oula, mon loulou, faudrait pas que tu vises trop haut. On a dit que t’étais un président normal, pas un magicien… ». Et j’ai commencé à douter doucement de ta normalité.

Ça y est, tu devenais comme tous les autres, un président prêt à nous promettre monts et merveilles, un président dont le but n’était plus que personnel : s’enrichir, détenir le pouvoir…pendant que nous, petites gens, n’avions qu’à nous battre dans ce monde de fous pour vivre…ou survivre.

Bon François, je ne vais pas te mentir, je ne me suis jamais vraiment intéressée à la politique. Pas dans le détail en tout cas. Alors, j’ai pas forcément suivi ce que tu as pu faire ou non pendant ta présidence.
Par contre, depuis les tragiques évènements du 13 Novembre dernier à Paris, je me suis un petit peu plus intéressée à la politique. J’avais envie de savoir comment toi et tes copains réagissiez face à ce drame, voir les mesures que vous alliez prendre pour nous protéger, et écouter les beaux discours que vous alliez tenir : alliez-vous répandre la haine et faire grandir un peu plus la peur des citoyens ?
Car on le sait, plus le peuple a peur, plus il vote n’importe comment, prêt à tout pour se protéger.

Evidemment, ton pote Manu n’a pas perdu une seconde : avec des discours à en donner même des idées aux terroristes (attaque chimique…quelle bonne idée), on était au top de ce qu’on peut faire en matière de « rassurer les populations ». Enfin, c’est Manu, on a l’habitude. Le genre de mecs qui adooooooooore faire peur, qui adooooore stigmatiser… En fait, Manu c’est un terroriste masqué. Mais bon, ça, faut pas le dire ! Chut ! Secret !

Bon et puis, tant que j’y suis François, je vais te dire ce que j’ai sur le cœur, hein, c’est bien le but de ma lettre après tout : je trouve que tes copains et toi n’avez pas su avoir un discours approprié. Les musulmans de France se sont tous trouvés à se justifier alors qu’ils n’étaient aucunement responsables, à avoir peur d’être (encore) pointés du doigt, à craindre d’être agressés par des personnes faisant l’amalgame ou en profitant pour clamer leur haine raciste…

Bref, bien loin de calmer les tensions communautaires, vous avez plutôt mis un peu plus d’huile sur le feu : l’état d’urgence !!!!

Ohhhh, bah oui ! L’état d’urgence  ! Pour protéger la population, c’est ça ? Ou pour en profiter pour prendre un petit peu plus le contrôle du pays ? Va savoir…
Non, parce que qu’on soit clairs, toi et moi, François : l’état d’urgence, ce n’est pas renforcer la sécurité du pays en mettant plus de personnels pour nous défendre. Non, enfin ce n’est pas que ça. L’état d’urgence c’est « moi président, je peux faire ce que je veuuuuuuux ! La loi, c’est moiiii ! ». Président normaaaaaaaaaaaaaal !

Alors, François, peux-tu m’expliquer c’est quoi l’état d’urgence exactement ? Car pour le moment, je n’en vois que les côtés négatifs.
L’état d’urgence ou comment les forces de l’ordre peuvent abuser de leur pouvoir sans problème.
Les flics ont droit au port d’arme…même hors service. Et biiiiiim une petite fille est blessée normaaaaaal
Les flics ont droit de perquisitionner où ils veulent, quand ils veulent : et biiiiiim un resto est mis sens dessus dessous normaaaaaaaal, et biiiiim des mosquées perquisitionnées sans prendre de pincettes….normal normal et re normal !!!
Et on est censés se sentir plus en sécurité ? Parce que moi, citoyenne normale…bof bof.

Ensuite, cher François, autre point que je souhaiterais aborder avec toi, c’est la COP21.
Pas le sommet en tant que tel, mais plutôt son organisation.
Comment dirais-je ça de façon posée et polie…Tu te foutrais pas de notre gueule par hasard ? Je te demande parce qu’il y a des choses qui me dépassent.
Donc, si je devais résumer ce sommet : conférence, avec tout le gratin, sur les changements climatiques. Génial. Prendre des mesures pour notre environnement, ça me va, président normal.

Par contre, en terme de normalité, est-ce que tu penses sincèrement que bloquer les autoroutes, les routes, les sorties de périph’ soient vraiment sympa pour la pauvre populace que nous sommes ? Un lundi, François ! Tu crois pas qu’on bosse nous des fois ?

Et puis, pourquoi toutes ces voies sont fermées ? Pour que toi, président archi normal, tu puisses circuler seul au monde, sur ces routes en toute sécurité ! Pour que tu puisses épater les potos, et leur montrer que ce pays t’appartient.
Et en plus, comme une cerise qui viendrait subtilement se poser sur le gâteau, mieux, comme du caviar dans un Kebab, tu nous conseilles très fortement d’éviter de prendre les transports en commun !

J’ai le droit de rire, François ? Parce que quand même, tu as fait fort. On va travailler comment, nous, si on habite loin de nos locaux ? En trottinette ? A pied ? En cheval peut-être ? Vas-y, propose des solutions normales !
Ou alors tu nous paies notre journée d’absence ? Car perso, avec mon employeur, le télétravail, ce n’est pas possible.

Donc si  je résume cette blague, tu fermes les routes, nous demande de ne pas aller travailler en transport sans nous payer cette journée d’absence pour autant, pendant que toi, en toute normalité, tu fais venir ta troupe en jet privé (vachement écolo), tu ne prends pas les transports, tu roules en grosse berline sur des voies spécialement privatisées pour ta sécurité.

Car, je soulève encore un autre problème : Manu et toi, vous nous rabâchez bien les soucis de sécurité. On doit faire attention blablabla. On devient tous paranos, on se toise les uns les autres dans les lieux publics. On est tous en état d’alerte maximale, état d’urgence oblige. On a peur (bravo). Et nous, on n’a pas de gardes du corps. Tu vois, quand tu nous dit de ne pas prendre la voiture, bah on prend les transports, car on n’a pas le choix. Et tandis que ces mesures sont prises pour te protéger (ta vie est plus importante que la nôtre), et bah nous, on se dit « ok, on va être encore plus nombreux dans les transports, en cas d’attentat, encore plus de morts ». Bien la sécurité. Bien l’état d’urgence.

Merci qui ? Merci François le normal !

Tu sais, François, ne nous mentons plus, disons-nous les choses en toute franchise, en toute normalité :
L’état d’urgence, c’est juste comment mieux te protéger, toi vie la plus importante, pendant que nous, citoyens normaux, sommes et serons toujours en première ligne en cas d’attaque.
L’état d’urgence, c’est comment tu peux prendre des décisions stupides (attaquer la syrie.. no comment) pendant que nous attendons silencieusement la riposte, dont nous serons, nous citoyens normaux, les malheureuses victimes.
L’état d’urgence, c’est tout simplement, comment le gouvernement peut encore plus faire ce qu’il veut de nous, citoyens normaux, qui n’avons rien demandé.

Bisous François,
J’attends ta réponse normale avec hâte !

75992810

Publicités

3 réflexions sur “Lettre au président normal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s