Je ne savais pas

Je ne pouvais pas faire ce blog sans écrire un texte sur la maternité, ce bonheur inégalable qui change toute une vie. Ce texte est pour tous les parents, dont le seul sourire de leur(s) enfant(s) suffit à illuminer leurs journées…

Depuis quelques mois, j’ai changé de nom. Je m’appelle…maman.
Avant de te donner la vie, je ne savais pas

Je ne savais pas ce qu’était réellement le bonheur.
Je ne savais pas que tout me paraitrait si futile à côté de ton sourire.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas que ma vie entière ne tournerait plus qu’autour de toi.
Je ne savais pas non plus que mon mari et moi serions plus proches encore, unis à jamais par la chair de notre chair.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas que mes très courtes nuits et la fatigue qui s’en suivrait me dérangeraient si peu,
Je ne savais pas que te regarder dormir une nuit entière était possible.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas que changer des couches pouvait être si agréable,
Je ne savais pas que nettoyer son enfant serait source de moments de partage.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas que te donner le sein me procurerait à chaque fois cette sensation étrange, de ne faire qu’un avec toi,
Je ne savais pas que ce lien lacté nous donnerait cette relation si fusionnelle.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas qu’à chaque fois que tu serais malade, mon être tout entier voudrait l’être à ta place,
Je ne savais pas que je m’inquièterais pour toi dès que nous ne serions pas ensemble.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

Je ne savais pas que dès que ton regard plein d’amour se poserait sur moi, je serais prise d’une grande émotion,
Je ne savais pas qu’on pouvait pleurer de bonheur.
On ne m’avait pas prévenue ! Non, on ne m’avait rien dit.

En fait, mon fils, je ne savais rien. Ma vie n’attendait que toi pour connaitre la définition même du bonheur.
Je t’ai aimé quand je t’ai porté dans mon ventre. Je t’ai aimé quand tu en es sorti et que je t’ai porté dans mes bras. Et je t’aimerai pour toujours, en te portant à jamais dans mon cœur.

image

Publicités

3 réflexions sur “Je ne savais pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s